Le Salon Online de l'Architecture

Bien choisir un poêle

Avant de choisir votre poêle, il est nécessaire de prendre en compte certains éléments tels que l’emplacement, la source d’énergie et le style souhaités. Les poêles sont en général faciles à installer, leur utilisation est sécurisée et leur consommation énergétique faible et ils produisent une bonne quantité de chaleur. Cependant, la plupart des poêles sont des solutions de chauffage pour une zone donnée mais ils ne sont pas une bonne source de chauffage principal.

Il existe différents types de poêles. Dans ce guide, nous aborderons les différents types de poêles en fonction des sources utilisées pour alimenter le feu. Les principales caractéristiques à prendre en compte sont la source d’alimentation, le style et le matériau.

 

Voir nos poêles

  • Comment choisir la source d'alimentation de mon poêle ?

    Les performances d’un poêle dépendent principalement de son emplacement dans la maison et de son alimentation, ainsi que du volume (en m3) à chauffer et du niveau d’isolation de la maison.

    Il existe différents types de poêles, certains sont alimentés par des combustibles. Le choix du combustible (charbon, gaz, bois, granulés, etc.) a un impact sur les performances de l’appareil. Le gaz et l’électricité, en revanche, offrent une véritable simplicité d’utilisation mais n’ont pas le même confort de chauffe que le bois. La qualité du bois de chauffage est un élément essentiel. Un pourcentage d’efficacité est utilisé pour décrire la chaleur produite par un poêle dans un espace donné.

    Poêle à bois Focus

    Poêle à bois : ce type de poêle classique fonctionne avec des bûches de bois. Le bois est deux fois moins cher que l’électricité, ce qui fait de lui la source d’énergie la plus économique. Il est considéré comme une énergie renouvelable puisque lorsque des arbres sont élagués, d’autres sont replantés. Les bois durs (chêne, hêtre…) ont une combustion lente et régulière tandis que les bois tendres (pin, séquoia, frêne, bouleau, cerisier) ont une combustion instantanée qui permet d’augmenter rapidement la température de la pièce.

    • Peut atteindre 85 % d’efficacité.
    • Biocarburant : écologique et renouvelable.

    Poêle à granulés MCZ

    Poêle à granulés : similaires aux poêles traditionnels, les poêles à granulés utilisent le bois comme combustible, sous forme de granulés. Les poêles à granulés ont un système d’alimentation et une distribution automatiques qui permettent au poêle de fonctionner en totale autonomie sur une période de 1 à 4 jours, tout en ayant la possibilité de régler l’émission de chaleur. Ils nécessitent peu d’entretien et sont très propres. Les granulés doivent être stockés en intérieur, à l’abri de l’humidité.

    • Peut atteindre 80 % d’efficacité.
    • Biocarburant : écologique et renouvelable.

    Poêle multicombustibles EDILKAMIN

    Poêle multicombustibles : le poêle multicombustibles accepte plusieurs sources d’énergie, en général des bûches et des granulés. Ce type de poêle peut être alimenté par des bûches pendant la journée, pour un chauffage rapide et efficace, et par des granulés la nuit pour un chauffage en continu. Certains poêles multicombustibles peuvent automatiquement passer d’un combustible à l’autre, même pendant la combustion. Si le poêle est alimenté électriquement lorsqu’il fonctionne avec des granulés, il peut être utilisé en mode de combustion de bûches en cas de coupure d’électricité. Il est autonome pendant plus de 70 heures grâce à un réservoir qui est alimenté en granulés au fur et à mesure, ce qui signifie qu’il peut fonctionner 6 fois plus longtemps qu’un poêle traditionnel.

    • Peut atteindre 90 % d’efficacité.
    • Biocarburants : écologique et renouvelable.

    Poêle électrique Sentiotec

    Poêle électrique : ce type de poêle doit être relié à une prise électrique et fonctionne dès qu’il est allumé. Certains poêles peuvent être contrôlés par télécommande. La puissance des poêles électriques est exprimée en watts. Plus le poêle est haut, plus il chauffe rapidement et efficacement. Plus sa puissance est élevée, plus le poêle consomme. Le poêle électrique est aussi efficace qu’un simple chauffage d’appoint, lorsque vous n’avez pas besoin de chauffer beaucoup. Malgré son taux d’efficacité, il ne génère pas autant de chaleur que les vrais feux de cheminée et il est moins convivial.

    • 100 % efficace.
    • Solution de chauffage pour une zone donnée.

    Poêle à gaz Piazzetta

    Poêle à gaz : techniquement, un poêle à gaz fonctionne sans électricité. Les poêles au gaz naturel sont le plus souvent connectés au réseau de gaz naturel, tandis que les poêles au propane sont plus contraignants car ils sont alimentés par du gaz sous forme de bouteilles ou de bonbonnes qui doivent être changées régulièrement. Un poêle à gaz peut servir de chauffage central.

    • Sa puissance (exprimée en kW) est comprise entre 9 et 15 kW.
      • Une puissance de 9,2 kW peut chauffer un volume de 253 à 690 m3.
      • Une puissance de 12,1 kW peut chauffer un volume de 333 à 908 m3.
      • Une puissance de 12,6 kW peut chauffer un volume de 347 à 945 m3.
      • Une puissance de 14,7 kW peut chauffer un volume de 404 à 1 100 m3.

    Poêle à charbon Harman Stoves

    Poêle à charbon : le poêle à charbon fonctionne avec du bois et du charbon. Il est composé d’une trémie, une sorte d’entonnoir qui permet de charger facilement le charbon et qui peut être retirée pour passer au chauffage au bois ; et d’une porte frontale et/ou latérale pour insérer les bûches. Le charbon diffuse plus de chaleur que le bois. En cas de froid extrême, il est conseillé d’utiliser du charbon plutôt que du bois. Le charbon brûle également moins rapidement. Lorsque la trémie est pleine, le charbon peut brûler pendant plus de 24 heures selon la taille du poêle. Néanmoins, le charbon pollue plus que le bois. L’intoxication au monoxyde de carbone est l’un des risques majeurs de l’utilisation d’un poêle à charbon. D’autres types de poêles induisent également ce risque. Pour votre sécurité, installez un détecteur de monoxyde de carbone et placez un conteneur de stockage bien fermé près du poêle pour éviter la poussière.

    • Peut atteindre 85 % d’efficacité.
    • Plus de 24h de combustion.

    Poêle au bioéthanol GlammFire

    Poêle au bioéthanol : de plus en plus utilisé comme combustible, le bioéthanol est un biocarburant hautement inflammable composé de betteraves ou de céréales. Le poêle au bioéthanol est une solution de chauffage rapide et écologique. Le bioéthanol se conserve dans des bonbonnes, à placer de préférence assez loin du poêle, pour votre sécurité. Ce système ne nécessite pas d’emplacement spécifique ni de raccordement à un conduit d’évacuation, ce qui facilite son installation. Il nécessite moins d’entretien, dans la mesure où il n’engendre pas de cendres ni de suie. Bien que ce combustible ne diffuse pas de monoxyde de carbone, nous vous conseillons tout de même d’aérer votre pièce régulièrement. Le poêle au bioéthanol peut être fixe ou mobile et doit être équipé d’un système d’arrêt d’urgence au cas où il tomberait. Il est préférable de l’utiliser comme chauffage supplémentaire car il a une assez faible capacité de chauffage. Il offre une belle atmosphère avec de véritables flammes, comme un vrai feu de cheminée. Cependant, le coût du combustible est assez élevé. Il peut atteindre 2 € par litre.

    • N’émet pas de fumée et peu de CO2.

    Poêle à pétrole Nestor Martin

    Poêle à pétrole : solution économique et efficace, le poêle à pétrole est un chauffage d’appoint mobile capable de chauffer jusqu’à 50 m² de surface. Les poêles à pétrole monocombustibles brûlent en premier du dioxyde d’azote et chauffent à 70 % par radiation et à 30 % par convection. Les poêles à pétrole à double combustion possèdent une seconde chambre de combustion. Ce processus de combustion permet une meilleure efficacité de chauffage et une moindre émission de particules toxiques dans l’air. Les poêles à pétrole à double combustion brûlent principalement du monoxyde de carbone et chauffent à 30 % par radiation et à 70 % par convection.

    • Nécessite une puissance de 100 W par m² ou 0,04 kW par m3.
      • Un poêle à pétrole qui fonctionne à une puissance de 3 000 W ou 3 kW (1 000 watts = 1 kilowatt) peut chauffer une pièce jusqu’à 30 m².
    • Chauffe à une puissance allant de 0,8 kW à 3 kW pour les petits poêles à pétrole et de 1,5 kW à 5,5 kW pour les plus puissants.

    Poêle au fioul Nestor Martin

    Poêle au fioul : ce combustible est identique au gazole des voitures diesel, il est issu du raffinage pétrolier. Conçu en acier et en fonte, le poêle au fioul est équipé d’un brûleur qui déclenche la combustion du fioul. Il permet l’émission et la diffusion rapide de chaleur. L’installation de ce poêle nécessite un raccordement à un conduit d’évacuation. Il permet de chauffer de grands espaces. Néanmoins, il est important de rester vigilant afin d’éviter les intoxications. Pour cela, il est préférable d’installer des détecteurs de monoxyde de carbone. Les bidons de fioul, qui peuvent être dangereux, doivent être stockés dans une pièce séparée.

    • Les anciens modèles sont à éviter dans la mesure où ils sont souvent moins bien sécurisés et moins efficaces.
    • Peut atteindre 86 % d’efficacité.

    Poêle biomasse ZANTIA

    Poêle biomasse : la biomasse provient d’éléments végétaux tels que les feuilles, la paille, les coquilles de noix, les noyaux de cerise, etc. Elle regroupe toutes les sources d’énergie de matière organique. Elle pollue bien moins que les combustibles fossiles tels que le charbon, le pétrole et le gaz.

    • Écologique et renouvelable.
  • En quels matériaux sont faits les poêles et lesquels choisir ?

    Qu’ils soient en acier, en fonte ou en céramique, les poêles offrent sensiblement les mêmes qualités en termes de performance, d’autonomie et de durée de vie. Les différences sont principalement esthétiques. En revanche, les poêles en pierre ollaire ou en briques réfractaires, qui accumulent la chaleur et la diffusent lentement, sont bien plus efficaces.

    De nos jours, les poêles en acier sont de bonne qualité et sont aussi solides que ceux en fonte, mais ils sont plus sujets à des déformations lorsqu’ils sont en surchauffe. La chaleur augmentera moins rapidement avec un poêle en fonte qu’avec un poêle en acier. Cependant, la chaleur continuera à se diffuser plus longuement une fois le feu éteint.

    Un poêle avec un revêtement qui conserve la chaleur, en stéatite par exemple, augmentera la durée de chauffage de l’appareil mais pour un coût plus élevé.

    Le poêle de masse va encore plus loin. Généralement en stéatite, en céramique ou en céramique et en pierre, il distribue la chaleur presque exclusivement par radiation (source de chaleur idéale) pendant au moins 12 heures. L’appareil est lourd et volumineux mais il offre un chauffage de qualité (pour un prix assez élevé…).

  • Où placer le poêle ?

    L’emplacement et la sécurité sont étroitement liés. Les pièces comme la cuisine ou le salon sont généralement équipées d’un conduit d’évacuation, nécessaire à l’utilisation de la plupart des poêles. Choisissez toujours un emplacement qui respecte les distances de sécurité par rapport aux matériaux inflammables, avec le moins d’obstacles possibles vers l’évacuation. Les instructions techniques de chaque modèle de poêle indiquent les distances à respecter (1,20 m en général). Cependant, il est possible de réduire ces écarts en installant des parois non inflammables. La cheminée d’évacuation doit se situer à 40 cm au moins des faîtages pour les toits en pente et 1,20 m pour les toits plats.

Guides connexes
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *